HÉPATITE D

Qu'est-ce que l'hépatite D ?

L’hépatite D est une inflammation du foie provoquée par le virus de l’hépatite D. Ce qui est particulier : les virus de l’hépatite D ne peuvent pas se répliquer seuls, ils dépendent pour cela des virus de l’hépatite B. Une infection par le virus de l’hépatite D peut avoir une évolution très grave.1

Voici une vidéo explicative sur l'hépatite D

Principaux faits

  • Environ 12 millions de personnes dans le monde sont infectées par le virus de l’hépatite D2,6, certaines estimations parlent même de 48 à 60 millions de personnes.7
  • On estime qu’en Allemagne, environ 30.000 personnes sont chroniquement infectées par l’hépatite D.8
  • Il existe toutefois des zones à risque comme la Mongolie, des régions d’Afrique occidentale et centrale, le bassin méditerranéen, le Moyen-Orient, le Pakistan, la Russie, le Brésil ainsi que l’Asie centrale et septentrionale, où les infections par l’hépatite D sont nettement plus fréquentes.2,7,9
  • On estime qu’environ 5 % des personnes atteintes d’hépatite B sont également atteintes d’hépatite D.2,6

Comme les virus de l’hépatite B, les virus de l’hépatite D sont détectables dans le sang et dans d’autres liquides corporels des personnes infectées. Les voies de transmission sont également similaires :1,2

  • rapports sexuels non protégés (sans préservatif) avec un(e) partenaire infecté(e)
  • utilisation d’ustensiles non stériles lors de la consommation de drogues
  • (aiguilles, tubes à sniffer) et lors de la réalisation de tatouages ou de piercings
  • partage de produits d’hygiène corporelle, par exemple les rasoirs et les ciseaux à angles
  • transmission de la mère à l’enfant lors de l’accouchement si la mère est infectée

Comme décrit précédemment, une infection par le virus de l’hépatite D ne peut survenir que si l’on est déjà atteint d’une hépatite B. Il convient de distinguer si l’infection a eu lieu en même temps ou si l’on était déjà atteint de l’hépatite B et que l’on n’a contracté le virus de l’hépatite D que plus tard. Si l’on est infecté simultanément par le virus de l’hépatite D et le virus de l’hépatite B, on parle d’une co-infection.1,3,4 Dans la plupart des cas, elle guérit sans séquelles.5

Il en va tout autrement lorsque des personnes sont déjà atteintes d’hépatite B et qu’elles sont également infectées par le virus de l’hépatite D par la suite. Dans ce cas, il s’agit d’une surinfection.1,3 La maladie devient chronique chez près de 90 % des personnes atteintes et conduit plus souvent et plus rapidement à une cirrhose et à un cancer du foie que l’hépatite B seule.2,5

Au cours des premières semaines suivant une infection par le virus de l’hépatite D, les symptômes typiques sont la fatigue, les nausées et les vomissements, le manque d’appétit, la fièvre, le manque de concentration, le jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse), une urine foncée, des selles claires et de fortes démangeaisons.5 Les symptômes peuvent être plus ou moins prononcés. L’hépatite D chronique est même souvent asymptomatique ou ne provoque que des troubles légers que l’on n’associe pas nécessairement au foie.10 Cela comporte le risque que la maladie reste longtemps inaperçue et qu’elle progresse jusqu’à endommager de plus en plus le foie. Aux stades avancés de la maladie, ce sont des symptômes graves tels que l’accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite) et des lésions des fonctions cérébrales qui indiquent une maladie du foie.10

En principe, toute personne dont l’infection par l’hépatite B est confirmée devrait également se soumettre à un test de dépistage de l’hépatite D. Pour ce faire, il faut d’abord analyser le sang afin de détecter la présence d’anticorps contre le virus de l’hépatite D. Si le résultat est positif, cela signifie que la personne est actuellement infectée par le virus de l’hépatite D ou qu’elle a déjà été infectée par le passé et qu’elle en est guérie. Un autre test sanguin est donc nécessaire pour déterminer s’il s’agit d’une infection guérie ou d’une infection encore active. Le deuxième test permet alors de déterminer si le virus de l’hépatite D est encore présent dans le sang. Un résultat positif à ce test indique une infection active.4

L’hépatite D peut être traitée par des médicaments. L’objectif est d’arrêter la réplication du virus et de protéger ainsi le foie des dommages ultérieurs.11 Un entretien avec le médecin traitant peut aider à trouver le meilleur traitement possible et à améliorer son pronostic.

Aussi étrange que cela puisse paraître de prime abord, la vaccination contre l’hépatite B constitue une très bonne possibilité de se protéger contre l’hépatite D. En effet, on ne peut contracter le virus de l’hépatite D que si l’on est également infecté par l’hépatite B.5 De plus, on peut minimiser le risque d’infection en évitant autant que possible le contact avec du sang ou d’autres liquides corporels infectés, comme le sperme ou les sécrétions vaginales, en prenant les mesures suivantes :1,5,12

  • se protéger lors des rapports sexuels
  • en cas de consommation de drogues par voie intraveineuse ou nasale, utiliser ses propres ustensiles et instruments d’injection et ne jamais les partager avec les autres
  • veiller à des conditions de travail stériles et à l’utilisation d’instruments stériles lors de la réalisation de tatouages et de piercings
  • ne pas partager avec d’autres personnes des articles d’hygiène corporelle susceptibles d’être contaminés par du sang (p. ex. rasoirs ou ciseaux à ongles)

Autres thèmes

Hép B

Si vous souhaitez vous informer sur l'hépatite B, vous trouverez ici de nombreuses informations utiles à ce sujet.

En savoir plus

Hép C

Qu'est-ce que l'hépatite C ? Vous trouverez ici des explications utiles.

En savoir plus

Le foie

Vous souhaitez en savoir plus sur notre foie et ses fonctions ? Alors vous êtes au bon endroit.

En savoir plus

Références bibliographiques

  1. 1. RKI-Ratgeber Hepatitis B und D. https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_HepatitisB.html (consulté en novembre 2023).
  2. Stockdale AJ et al. J Hepatol 2020; 73: 523–532.
  3. Koh C et al. Gastroenterology 2019; 156(2): 461–476.e1.
  4. Cornberg M et al. Z Gastroenterol 2021; 59: 691–776.
  5. Hepatitis D. https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/hepatitis-d (consulté en novembre 2023).
  6. RKI, Epidemiologisches Bulletin 29/2021.
  7. Miao Z et al. J Infect Dis. 2020; 221(10): 1677–1687.
  8. Hepatitis D-Virus. https://www.deutsche-leberstiftung.de/presse/pressemappe/lebererkrankungen/virushepatitis/hepatitis-d/ (consulté en novembre 2023).
  9. RKI, Epidemiologisches Bulletin 29/2019.
  10. Farzi P, Niro GA Semin Liver Dis 2012; 32: 228–236.
  11. Urban S et al. Gut. 2021; 70(9): 1782-1794.
  12. Hepatitis D. https://www.leberhilfe.org/lebererkrankungen/hepatitis-d/ (consulté en novembre 2023).