HÉPATITE C

Qu'est-ce que l'hépatite C ?

L’hépatite C est une inflammation du foie provoquée par le virus de l’hépatite C. Elle est répandue dans le monde entier et fait partie des maladies infectieuses les plus fréquentes. Environ 71 millions de personnes en sont atteintes. On distingue l’infection aiguë et l’infection chronique. L’infection aiguë peut guérir de manière spontanée dans 40 % des cas. Dans environ 3 cas sur 4, elle se transforme toutefois en maladie chronique, c’est-à-dire que les virus de l’hépatite C sont encore détectables dans le sang six mois après la contamination. Dans des cas typiques et à l’aide de procédés diagnostiques appropriés, l’infection par le virus de l’hépatite C peut toutefois être classée comme chronique avant ce stade. En l’absence de traitement, jusqu’à 20 % des personnes atteintes d’hépatite C chronique développent une cirrhose du foie après 20 ans. La cirrhose du foie augmente le risque de développer un cancer du foie.1

Pour en savoir plus sur les causes et les conséquences de la cirrhose hépatique, cliquez ici.

Voici une vidéo explicative sur l'hépatite C

Le virus de l’hépatite C se transmet principalement par contact sanguin, mais il peut également être présent dans d’autres liquides corporels tels que la salive, le sperme, la sueur ou même les larmes. Les situations typiques présentant un risque d’infection sont par exemple :1

 

  • les rapports sexuels non protégés (sans préservatif) avec une probabilité accrue de blessures
  • l’utilisation ou le partage d’ustensiles contaminés pour la consommation de drogues, y compris le sniff, en cas de partage de tubes à sniffer ou de billets de banque utilisés à cet effet
  • le partage d’articles d’hygiène corporelle, tels que rasoirs ou ciseaux à ongles
  • les blessures par piqûre d’aiguille (personnel médical)
  • l’accouchement, au cours duquel les mères infectées peuvent contaminer leur enfant

Il n’existe pas de symptômes qui indiquent clairement une hépatite C. Chez environ 75 % des personnes atteintes, la maladie est discrète ou présente des symptômes légers. Toutefois, toute personne souffrant depuis longtemps de fatigue, de baisse de performance, de douleurs non spécifiques dans la partie supérieure de l’abdomen, de démangeaisons et de douleurs articulaires devrait en parler à un médecin. L’augmentation des valeurs hépatiques constitue un autre indice possible d’une infection par l’hépatite C. L’hépatite C peut également entraîner des troubles en dehors du foie, notamment des maladies rénales, des troubles articulaires, des anomalies cutanées et des dépressions. De plus, les personnes atteintes d’hépatite C présentent un risque accru de diabète sucré.1

Le dépistage d’une infection par le virus de l’hépatite C consiste à analyser le sang afin de détecter la présence d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C. La présence de ces anticorps dans le sang ne signifie pas nécessairement une infection active par le virus de l’hépatite C. Même si une personne a été infectée par le passé par le virus de l’hépatite C et qu’elle en est guérie, les anticorps restent à vie dans l’organisme. Par conséquent, si le résultat est positif – c’est-à-dire que des anticorps ont été détectés – un autre test sanguin est effectué pour vérifier si le virus de l’hépatite C est toujours présent dans le sang. Attention : même après un traitement réussi, une nouvelle infection par le virus de l’hépatite C est possible.1

Un test de dépistage de l’hépatite C est particulièrement utile pour :2

  • les personnes consommant ou ayant consommé par le passé des drogues par voie intraveineuse/nasale
  • les personnes déjà infectées par le VIH ou l’hépatite B
  • les partenaires sexuels et conjoints de personnes infectées par l’hépatite C
  • les migrants originaires de pays où le virus de l’hépatite C est très répandu (par ex. région méditerranéenne, Europe de l’Est)
  • les personnes ayant déjà été incarcérées
  • les personnes présentant des valeurs hépatiques élevées et/ou des symptômes indiquant une possible infection par l’hépatite C
  • les receveurs de sang, de produits sanguins ou de greffes (avant 1992)
  • les patients traités par hémodialyse (filtration du sang)
  • les personnes portant des tatouages ou des piercings
  • les personnes ayant des rapports sexuels présentant un risque accru de blessure
  • les enfants de mères infectées par l’hépatite C
  • les personnes présentant un risque d’infection lié à leur profession
  • les donneurs de sang, d’organes et de tissus

Les assurés légaux âgés de 35 ans et plus ont également la possibilité de bénéficier une fois d’un test gratuit de dépistage de l’hépatite B (et C) dans le cadre du « bilan de santé ».3

Une hépatite C aiguë n’est généralement pas traitée, car elle guérit souvent d’elle-même.1 Si l’infection par le virus de l’hépatite C est jugée chronique par le médecin, un traitement antiviral peut être immédiatement mis en place. Plusieurs médicaments à action antivirale directe sont autorisés à cet effet, et ils sont généralement bien tolérés et très efficaces.1,4 Afin de s’assurer de l’efficacité du traitement, il convient de procéder à un nouveau test sanguin après la fin de la thérapie pour vérifier la présence du virus de l’hépatite C.1

Attention : même après un traitement réussi, une nouvelle infection par le virus de l’hépatite C est possible.1

Il n’existe actuellement aucun vaccin contre l’hépatite C. Il est donc d’autant plus important d’éviter une éventuelle infection par des mesures appropriées. Voici ce qu’il faut faire pour éviter une infection :1

  • se protéger lors des rapports sexuels
  • utiliser exclusivement des ustensiles stériles lors de la consommation de drogues et ne pas les partager avec d’autres personnes
  • veiller à une bonne hygiène et à l’utilisation d’instruments stériles lors de la réalisation de tatouages et de piercings
  • ne pas partager avec d’autres personnes des articles d’hygiène corporelle susceptibles d’être contaminés par du sang (p. ex. rasoirs ou ciseaux à ongles)

Autres thèmes

Rubrique FAQ

Vous avez une question précise sur l'hépatite ? Dans notre rubrique FAQ, vous trouverez rapidement des réponses à vos questions.

En savoir plus

Hép D

Renseignez-vous également sur l'hépatite D ! Qu'est-ce qui la distingue de l'hépatite B ? Et comment pouvez-vous vous protéger ?

En savoir plus

Le foie

Vous souhaitez en savoir plus sur notre foie et ses fonctions ? Alors vous êtes au bon endroit.

En savoir plus

Références bibliographiques

  1. RKI-Ratgeber Hepatitis C; 2018. https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_HepatitisC.html (consulté en novembre 2023).
  2. Sarrazin C et al. Z Gastroenterol 2018; 56: 756–83.
  3. Kassenärztliche Vereinigung – Praxisnachrichten. https://www.kbv.de/html/5540.php (consulté en novembre 2023).
  4. Sarrazin C et al. Z Gastroenterol 2020; 58: 1110–1131.